Activités

Colloque Arts vivants, écologie, politique : fabriques d’un nouveau relationnel

Type d'activité : Colloque
Dates de l'activité : 5 juin 2024 au 7 juin 2024
Lieu : Université Laval

Vous êtes invité-es à assister au colloque Arts vivants, écologie, politique : fabriques d’un nouveau relationnel, qui se tiendra du 5 au 7 juin à l’Université Laval. L’évènement est organisé par la SQET, en partenariat avec Figura, le CRILCQ, le CELAT, le LANTISS et le Département de littérature, théâtre et cinéma de l’Université Laval. Notre membre Jean-Paul Quéinnec est impliqué dans la préparation de ce colloque, auquel participent plusieurs membres du CELAT.

PROGRAMME

Présentation du colloque
« “Nous sommes tous une seule et même vie” avance le philosophe Emanuele Coccia dans un entretien accordé à Nicolas Truong (2023, p. 23), rappelant que ce n’est qu’en reconnaissant que tous les êtres vivants, quelle que soit leur espèce, participent de cette vie commune qui n’a de cesse de “produire des formes différentes sans changer sa substance” (Id.), qu’une véritable “politique planétaire et écologique peut être fondée” (Id.). Cette reconnaissance d’un rapport inséparé, inextricable et poreux avec les diverses composantes des milieux que nous habitons – et qui, eux-mêmes, nous habitent et nous traversent – trouve fortement écho dans la pensée de nombre de philosophes mais aussi d’auteurs, d’autrices et d’artistes de la contemporanéité qui, de diverses façons, mettent à mal la division héritée des Lumières entre “nature” et “culture”, entre humain et autre qu’humain. Pour plusieurs, cet ébranlement des séparations usuelles, noué à une reconfiguration des rapports interspécifiques et à un déplacement de nos modalités attentionnelles, participe d’un agir politique (Despret, 2019; Morizot, 2020; Macé, 2022). Mettre en œuvre cette délocalisation et cette réinvention revient ainsi, chez Maylis de Kerangal et Vinciane Despret, notamment, à “fabrique[r] de nouveaux récits“ (2020, p.17). Ces élaborations – textes, discours, œuvres et pratiques artistiques mais aussi postures attentionnelles et “styles de vie” (Macé) – mettent en marche des façons de reconsidérer et de métamorphoser ce qui, du monde vivant et de nos environnements partagés, est pris en compte.

Ce colloque vise à réfléchir aux modalités de création, d’analyse et de réception des œuvres ou des démarches qui, en arts vivants, mobilisent diverses “politiques d’interdépendance” (Morizot, 2020) ou de coprésence avec/dans l’environnement. Les sujets abordés touchent aux aspects théoriques, pratiques, méthodologiques, esthétiques et éthiques liés au maillage des arts vivants, de l’écologie et du politique. Cet événement rassemblera plus d’une cinquantaine de participant·e·s d’une grande diversité, issu·e·s autant du champ universitaire et collégial (professeur·e·s, chargé·e·s de cours, étudiant·e·s de 2e et 3e cycle, post-doctorant·e·s) que du milieu professionnel (artistes), et provenant de différents pays (Canada, France, Norvège, Allemagne, Brésil, Argentine…). De même, ce colloque donnera une place importante aux œuvres et aux pratiques de chercheur·se·s et artistes de plusieurs peuples autochtones (Atikamekw, Innu, Sami).

Qu’elles mobilisent des cohabitations imaginées – le texte comme espace de connectivités inventées ou resémiotisées – ou effectives – la scène partagée avec d’autres matérialités –, les communications, performances et démonstrations proposées chercheront à interroger ce que nous appelons les “fabriques d’un nouveau relationnel” ».

Évènement Facebook : https://www.facebook.com/events/1087404172371067

Renseignements : https://www.sqet.org/actualites/flny3h12wgki6pm0798cwoybdff4ub

Consultez le plan du campus de l’Université Laval.